Après la X-Alp ... Le Cross SIV des Baronnies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

mdr Après la X-Alp ... Le Cross SIV des Baronnies

Message  Invité le 1/8/2011, 22:10

Dimanche matin, le vent du nord se calme enfin. Depuis 1 mois, à part 2 soarings en Bretagne et 2 Bi au retour, j’ai pas pu aligner de vol rando ou de cross ni quelques km depuis fin mai à la dernière compèt. Où j’ai pu participer… En plus v’la que les échanges sont fournis sur les exploits des champions de la X Alp… qui font rêver Du coup boosté à block, je fais un tour des émagrames… pas fameux, avec des inversions annoncées pas très haut sur la partie ouest du massif des Baronnies, un peu mieux sur l’est, mais… des plafs limités, parait que ça sera mieux lundi… oui mais lundi, je bosse moi !
Puis je prends les avis des parapotes… « moi je vais au col d’Ey…le nord et encore là… », mais le nord s’affaisse pour de bon vers 12h. Du coup, motivé, mais dubitatif sur la tournure que prendra la journée, je monte finalement à Nyons sud à pied, sur que le flux de vallée prendra le dessus. Arrivé en haut 30 minutes plus tard, je découvre une manche à air tantôt anémique, tantôt mue par une rafale sud ou nord est… mmmh ! bon signe, d’ici une demie heure cela sera en place, juste le temps de me préparer. Voile dépliée, je révise les instruments… Eh, M… les piles du GPS sont mortes, pas grave j’en ai pris de rechange…. Et re M… celles de rechange sont des vielles qui sont mortes aussi, pas de bol ! Bon pas grave, au pire je fais un plouf et rentre à la maison !
Vl’a une bouffe plus régulière, le silence radio du col d’Ey en réponse à mon appel m’annonce que les parapotes ne sont pas encore en place…
Joie de voir l’aile se gonfler et se tendre vers un but non encore atteint, dont la définition est encore en construction… l’envol, magique comme toujours ! …puis… p’tain ça secoue, faut sortir un peu devant… le nord reste présent même si la brise de vallée domine, donc prudence… Eloignes toi du relief mon gars, c’est plus prudent. Des petits pétards, même pas mouillés me fonts gagner quelques mètres, mais c’est pas aussi simple que cela ne paraissait en regardant les vautours monter depuis le bas tout à l’heure ! Puis j’accroche un truc qui passe, qui décale vers le nord est, puis un autre et finalement je monte au dessus du relief, 1.200 m, 1.400 m, 1.520, puis en décalant sur le Linceul, voilà la bonne pompe qui monte à 1.860 m avec des noyaux étroits qui font hurler le vario (même si je l’ai mis comme d’hab. en mode silencieux), les barres noires du vario disparaissent en haut à droite, indiquant du +7 … oups, comment faire pour pas en sortir ?... puis ça se calme un peu, du coup un petit appel au col d’Ey…
Finalement, Peter répond. Ils sont là en attente. Ils m’ont vu. Je regarde. En effet, les voiles sont étalées au sol dans l’attente d’une bouffée salvatrice improbable… du coup je les rejoins par le haut, oscillant entre 1.700 et 1.950 m. Je croise à la verticale de la crête derrière le déco, 3 rapaces, l’un, curieux, vient voir ce qu’il se passe, quel est ce drôle d’engin balourd qui se ballade là entre deux airs…fait un tour avec moi, pui dédaigneux file rejoindre ses potes. Je poursuis lentement ma progression, moitié en attente d’être rejoint par les autres pour une ballade collective, j’enroule tout ce qui passe et temporise. Mais non rien, ah si, des vautours cette fois, avec qui j’enroule au dessus de Vercoiran. Puis je poursuis vers Peyruergues dans une aérologie qui ne se calme pas avec la hauteur. Je révise alors toute la théorie sur les thermiques qui s’élargissent au pied du nuage et sont plus faciles à lire et enrouler en altitude et me dit que les grande théories généralistes ne sont pas faites pour le 31 juillet 2011… faut bien des exceptions, non ?!
Enfin, passé Peyruergues, je m’attends à la lessiveuse des confluences des trois vallées près de la Vanige… finalement ça passe pas trop mal… mais avec toujours autant de mal à déchiffrer l’aérologie… un coup faut décaler au sud, un coup au nord de la crête pour trouver la bonne ascendance, un coup au nord du cumulus en formation, un coup au sud ouest avec des bulles qui de toute façon se perdent en chemin dans les limbes tortueuses du mille feuille de la masse d’air. J’assure le plafond aux barbules avant de continuer ma route sur la Clavelière (2.150 m affiche le vario), tout en jetant un œil inquiet sur les gros noirs qui se forment après le col du Perty et qui bouchent la vue du massif du Dévoluy. On voit encore bien les antennes du Beaumont, mais les 6/8ème sont bien comblés par des masses grisonnantes et parfois sacrément noires… Du coup au moment où à 2.050 m, je me dis que je tenterais le retour par Chamouse, la Trappe, Cros, etc. je prends un 60 % de ma voile à droite sur le palto, oouuaoouh ça brasse !. Ça ferme brusquement sans crier gare et voila que le tout, de peur, s’accroche fermement dans le faisceau de suspentes des 40 % de la voile restée ouverte. Eh M… faut contrer avant que ça parte en sucette tout ça… Contre sellette, petite action à la commande à gauche pour stopper l’autorot qui voudrait bien m’entrainer, mais un peu trop. Décrochage… bon où est-ce que je m’embarque maintenant avec cette impression d’être au milieu d’une chute d’eau qui ne me laisse pas bien de possibilité d’agir… remonte les mains mon gars, respire, mais vl’a t’y pas que ça twiste, eh m.. cela ressemble à la littérature sur la succession de sketchs… bon le twist se stabilise après un demi tour, c’est déjà ça. On s’occupera du twist après, déjà faut dompter non plus le Mustang, mais le Sky… après une méchante abatée gérée sellette à l’envers, voilà que ça revole droit… ouf… maintenant, se détwister, mais c’est déjà plus rien à coté du reste avec les coups de butoir de l’aérologie. Bon vérifions combien de dizaines de mètres j’ai perdu dans l’histoire… ben rien ! oh, j’y crois pas, mais quel cisaillement… un vrai SIV grandeur nature ! un vrac comme je n’avais pas encore connu… et quand je repense à l’article que j’ai lu hier dans Parapente mag sur la compèt. « A » courue les 28 et 29 mai à Séderon « conditions toniques » qu’ils disaient… ben j’aurais bien aimé les voir aujourd’hui… ça aurait été un « 3 » en niveau sécu ?! Pt’et bien…parce que les 5h15 que j’ai mis ce jours là pour faire le parcours ne m’ont parues autrement turbulentes…pour les Baronnies !

Les balises passent maintenant toutes en ouest voir en sud pour Bergiès, mais moi je file plein pot vers le sud avec l’impression d’arriver bien vite au col de Perty, comme poussé, comme sur ces vélos à assistance électrique… du coup je poursuis ma route vers Chamouse, survolant depuis mes 2.000 m de petits rapaces jouant dans le vent au dessus de la prairie. Sans me méfier, les neurones encore en sous oxygénation suite au vrac, je ne me méfie pas assez et me retrouve bien bas en moins que rien pour contourner le relief… Ah j’ai plus assez de gaz pour faire demi tour et reprendre. Aller sur Laborel ? pas réjouissant ce que j’y voit, puis c’est tout à l’ombre… tant pis je passe au niveau du relief puis de l’autre coté la brise de vallée hurle déjà sa rengaine habituelle des après midi fumants. Du coup après quelques vaines tentatives de poursuivre les bulles couchées pour regagner des altitudes plus prometteuses, me voici contraint de poser près de la chapelle de St Côme et St Damien entre Villefranche et Vers sur Méouge. Après avoir plié, m’être défendu des chiens du voisinage en désaccord avec les piétons et cyclistes, un petit tracteur stop m’emmène près du gîte – école de parapente de Mévouillon. Quelques rencontres plus loin avec Guillaume, Philippe, Delphine, etc., je repars du Buc pour tenter de rentrer contre la brise en profitant de l’aérologie plus calme de la fin de journée. Peine perdue, c’est le stop depuis la Rochette qui me ramènera finalement au point de départ. Une belle journée, riche en apprentissages et péripéties, avec un vol qui même s’il n’est pas d’anthologie, ni ne restera marqué dans les anales, restera dans ma mémoire… du Cross SIV… mais pour la X-Baronnies faudra revenir !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

mdr Re: Après la X-Alp ... Le Cross SIV des Baronnies

Message  vinc le 1/8/2011, 22:25



riche aventure !

Vinc
avatar
vinc

Nombre de messages : 4888
Age : 36
Localisation : Pelonne 06 78 08 56 02
Date d'inscription : 06/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.baronnies-parapente.com

Revenir en haut Aller en bas

mdr Re: Après la X-Alp ... Le Cross SIV des Baronnies

Message  sergeye le 2/8/2011, 07:05

le siv en conditions de vol sans lac sans bateau et sans moniteur.........émotions * 10
bien géré André et super le récit de ton aventure
avatar
sergeye

Nombre de messages : 2917
Age : 71
Localisation : 06 40 40 99 76 04 75 26 43 82
Date d'inscription : 11/12/2005

Voir le profil de l'utilisateur http://www.mano-nino.com/

Revenir en haut Aller en bas

mdr Re: Après la X-Alp ... Le Cross SIV des Baronnies

Message  jmvdbk le 2/8/2011, 10:02

super récit en effet
qui nous rappel à tous que certains jours on ne comprends pas tout
merci André, content que tu t'en sorte aussi bien

_________________
On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une
La berlue : l'étape des sportif et des rêveurs à Buis les Baronnies
avatar
jmvdbk
Administrateur

Nombre de messages : 6372
Localisation : Buis 06.51.22.98.27
Date d'inscription : 25/04/2008

Voir le profil de l'utilisateur http://la-berlue.fr/

Revenir en haut Aller en bas

mdr Re: Après la X-Alp ... Le Cross SIV des Baronnies

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum